chaussures-de-laboratoire

Astuces pour bien entretenir ses chaussures de laboratoire

Cet article est destiné à tout professionnel de laboratoire. Pour que les chaussures de laboratoire restent confortables et imperméables, elles méritent une maintenance particulière, surtout, pour qu’elles soient utiles pendant longtemps. Ce guide constitue ce qu’il faut savoir sur les chaussures de laboratoire et met en avant des astuces pour bien les entretenir.

Les chaussures de laboratoire

Dans un laboratoire, les chaussures doivent présenter quelques propriétés spécifiques telles que :

  • être fermées au talon et aux orteils
  • avoir des semelles antidérapantes
  • des talons bas et faits d’un matériau facile à nettoyer et à désinfecter.

Ces caractéristiques permettent d’éviter les chutes, les blessures, protègent contre les déversements ou les contaminations.
Les chaussures de laboratoire sont aussi des équipements de protection individuelle servant à protéger les laborantins dans leurs activités. Ces personnes réalisent des travaux impliquant des matières dangereuses telles que les produits chimiques, les radionucléides et les agents pathogènes. Celles-ci provoquent une menace sur la sécurité et la santé. Elles sont généralement employées dans le milieu médical. Ce sont les laborantins, les préparateurs en pharmacie et les biologistes qui en font l’usage quotidien dans leurs activités. Il existe des différents types de chaussures de laboratoire qui permet de lutter contre les produits chimiques. A ne citer que :

Les baskets pour laboratoire: Basket Sneaker’zz ou Basket Mesh

Il s’agit ici des chaussures qui peuvent faire face aux substances chimiques. Ces baskets de laboratoire doivent être étanches, présentent une bonne résistance à l’abrasion et sont très souples et confortables. En matière de protection chimique, elles doivent supporter l’infiltration de substances toxiques.

Les sabots pour laboratoires : sabot globule, sabot autoclavable ou sabot pro

Ce type de chaussure est également conçu pour le milieu de laboratoire. Pour homme et pour femme, ces chaussures ont des larges talons et de semelle antidérapante. C’est un parfait garant de protection et confort des pieds.

Ces chaussures ont l’avantage d’être ultras légères et confortables. Elles sont extrêmement appropriées aux risques présents dans le milieu médical. Elles permettent une haute résistance aux produits chimiques dans des conditions de laboratoire. Pour de telles performances, ils requièrent notamment des processus d’entretien.

Les risques chimiques

risques chimiques

Les produits chimiques sont des substances qui peuvent être dangereuses même si tous ne sont pas toxiques et nocifs. Il faut être particulièrement prudent dans la manipulation et l’utilisation de ce genre de produit. Surtout, lors de leur mélange ou leur entreposage, ces substances doivent suivre un système de ségrégation chimique afin d’éviter les incompatibilités. Il est proscrit de faire leur classement de manière aléatoire, par ordre alphabétique ou pratique. Par conséquent, ils doivent être rangés selon leurs propriétés de danger.

Les produits chimiques toxiques constituent un risque pour la santé des ouvriers dans l’industrie. Ces matières toxiques entraînent des maladies, des blessures, et même des accidents mortels. Tous ces risques peuvent se manifester sous la forme d’infections cutanées et de lésions, d’asthme, d’allergie, de troubles de la reproduction, de brûlures, de malformations congénitales, de suffocation, de cancer et parfois de décès.

Les risques auxquels sont confrontés les ouvriers de l’industrie se présentent sous 4 formes : poussières, liquides corrosifs, gaz ou vapeur, solides.

La forme démontre le mode de contamination du corps et, par conséquent, l’étendue des altérations qui peuvent être entraînés. Les personnels de laboratoire devront se protéger contre les déversements, les fuites ou l’inhalation de produits dangereux. Il est essentiel d’utiliser les équipements de protections appropriés et de s’assurer de leur entretien correct. Les chaussures, notamment les modèles résistants aux produits chimiques, forment une composante essentielle de la tenue de sécurité.

Protection contre ces risques chimiques

médecin de labo

 

Les chaussures doivent assurer une protection adéquate, de la stabilité et une bonne adhérence. Dans certains cas, le port de chaussures de protection conformes à la norme CSA Z195-09 est requis. Des étiquettes de couleur sur les chaussures indiquent le type de protection qu’elles offrent. Les propriétés de protection chimique sont principalement assurées par la caractéristique de la semelle et de la tige. Il est primordial d’en assurer leur entretien régulier et d’être vigilant quant à toute contamination chimique, aux infiltrations d’eau et à leur usure.

Semelle résistant aux hydrocarbures

Avoir des chaussures de laboratoire avec cette propriété est d’application obligatoire. Celle-ci répond à la norme NF EN ISO 20345 des chaussures de sécurité et à la norme NF EN ISO 20346 des chaussures de protection. Située à l’intérieur de la doublure, l’étiquette affiche un énoncé indiquant quel type de protection offrent-elles. Ainsi, il faut bien vérifier que la chaussure ait été fabriquée conformément aux normes NFPA applicables et contient des renseignements concernant la date de fabrication, le numéro de série et le nom du fabricant.

Semelle et tige résistants et imperméables aux produits chimiques

Il y a 3 paramètres qui caractérisent ces propriétés :

  • L’étanchéité de toutes les matières. C’est-à-dire l’absence d’infiltration de liquides à travers des imperfections de la chaussure. Les modèles en caoutchouc ou polymère sont réputés étanches à la plupart des liquides.
  • L’imperméabilité. C’est-à-dire la capacité des éléments constitutifs à s’opposer au passage du liquide de la face externe à la face interne. Ainsi, au contact à des hydrocarbures, la semelle ne doit pas les absorber ni se durcir.
  • La résistance à la dégradation.

Le confort

Le confort de la chaussure de laboratoire est essentiel pour permettre une aisance dans toutes les activités. Il recouvre plusieurs paramètres, à savoir :

  • Un taux élevé de perméabilité à la vapeur d’eau. Cela signifie une parfaite évacuation de la transpiration.
  • La capacité d’absorption de sueur par la première semelle qui est en contact direct avec le pied. Un niveau supérieur garanti un bon confort hygiénique.
  • La longueur, la largeur et la hauteur de la tige sont des paramètres importants pour l’adaptation aux pieds des laborantins. C’est-à-dire, il faut la bonne pointure pour un confort optimal.
  • La souplesse et l’épaisseur des matériaux.
  • Le poids de la paire de chaussures ne doit pas excéder de 1.4 kg.

En général, il est exigé que la chaussure de laboratoire doit être ergonomique, épaisseur correcte, pointure exacte, perméabilité à la vapeur d’eau et absorption/désorption d’eau. Le mieux c’est de bien choisir les matériaux constitutifs. Les modèles proposés par Schu’zz sont des meilleurs alliés pour les pieds transpirants. Elles permettent une respiration des pieds, s’adaptent à la forme des pieds en se déformant. Toutefois, ces articles demandent un entretien spécifique. Toutefois, il faut noter que les articles en caoutchouc ou matières plastiques peuvent être facilement nettoyés et désinfectés.

Entretien d’une chaussure de laboratoire

Un professionnel de laboratoire peut être exposé à de nombreuses substances dangereuses pendant qu’il soit impliqué dans une opération d’urgence avec des matériaux dangereux. Ces substances peuvent entraîner la contamination de ses chaussures et le nuire après tout contact corporel. Cette section est faite pour montrer comment nettoyer et décontaminer les chaussures pour réduire ces risques.

Utilisation

  • Dans un laboratoire, les personnels sont parfois soumis à travailler dans des conditions extrêmement chaudes ou humides. Il leur convient d’utiliser de préférence 2 paires de chaussures.
  • Changer de paire en temps voulu et faire sécher la paire utilisée pendant au moins 24 heures est conseillé.
  • En travaillant dans des conditions extrêmement sales, appliquer des produits désinfectants est astucieux.
  • Il est primordial de ranger les chaussures à un endroit aéré pour permettre une évaporation facile de l’humidité.
  • Il faut également utiliser un chausse-pied pour préserver la forme de la chaussure et ne pas abîmer son contrefort.

Nettoyage

  • Après chaque utilisation, il faut toujours aérer et sécher correctement les chaussures de laboratoire. Des gants de protection appropriés devraient être portés.
  • Il faut laver les chaussures particulièrement éclaboussées à la main à l’eau tiède en frottant la chaussure mouillée. Ou avec une brosse souple à chaussure ou autre brosse souple comme une petite brosse à ongles ou une brosse à dent à soies souples. La brosse devrait être trempée dans l’eau pour retirer la poussière et autres saletés.
  • Ne pas utiliser d’abrasifs et/ou de désincrustants lourds.
  • Ne pas utiliser des savons contenant des graisses. Ne pas utiliser de javellisant au chlore.
  • Ne pas utiliser de détergent. Il faut utiliser de l’eau à une température inférieure à 110° F. La semelle intérieure amovible peut être nettoyée au besoin.
  • Il est aussi recommandé d’utiliser un produit nettoyant pour chaussures qui élimine les éclaboussures même très incrusté. Dans le cas de l’utilisation d’un tel produit, il faut imprégner ensuite minutieusement les chaussures.
  • Nettoyer les semelles intérieures à la machine dans l’eau froide à cycle délicat.
  • Il faut déposer la semelle intérieure à forme anatomique absorbante à l’air libre afin de favoriser son séchage. Elle est aussi lavable et/ou remplaçable.

Séchage

  • Faire sécher les chaussures de laboratoire à l’air en retirant les semelles intérieures.
  • Il faut utiliser des supports de séchage pour suspendre les chaussures afin d’assurer une exposition maximale à l’air et réduire le temps de séchage.
  • Ne pas faire sécher les chaussures en les exposant à la lumière directe ou indirecte du soleil ou à la lumière fluorescente.
  • Ne pas faire sécher à la machine.
  • Ne pas faire sécher les chaussures de laboratoire en face de fenêtres ouvertes, de fours chauds ou de radiateurs.
  • Il faut laisser les chaussures se sécher lentement.

Polir

Pour prolonger la durée de vie et entretenir l’extérieur des chaussures de laboratoire, il faut appliquer une cire à chaussure à base de silicone professionnelle. Il est primordial d’appliquer régulièrement du cirage ou une crème nourrissante à l’aide d’un chiffon. Celles qui sont à base de gelée de pétrole peuvent être inflammables. Ces produits réduiront significativement la résistance aux flammes et/ou à la chaleur des chaussures et ne sont donc pas indiqués. Pour faire briller le matériau, il faut brosser soigneusement ensuite avec une brosse douce.

Décontamination et désinfection

Retirer les chaussures contaminées et infectées des pieds du porteur et du service avant de commencer. Les chaussures devraient demeurer hors service jusqu’à ce qu’elles soient décontaminées et désinfectées.

Le port des gants protecteurs, des vêtements et un équipement de protection approprié lors de la décontamination et de la désinfection est conseillé.

Il est essentiel d’utiliser des moyens de décontamination efficace avant d’éliminer ou de réutiliser le matériel. Cela peut se faire par stérilisation (autoclave) ou désinfection.

Entrepose

  • Entre les incidents, et pour un entreposage à plus long terme, il faut entreposer les chaussures à l’écart de la lumière solaire directe et indirecte et des lampes fluorescentes et à l’écart des objets tranchants.
  • Il est également conseillé d’utiliser des ventilateurs afin d’assurer une bonne aération pour sécher les chaussures pouvant avoir absorbé de l’eau ou de la sueur et pour aider au retrait des résidus de combustion qui pourraient ne pas avoir été retirés lors du nettoyage. La présence d’humidité dans les chaussures pourrait réduire le confort et la protection globale pendant toutes opérations en laboratoire.
  • Toute défaillance à sécher les chaussures entraînera la croissance de moisissures et de bactéries pouvant entraîner des irritations cutanées, des démangeaisons ou affecter les qualités protectrices des chaussures. Il faut toujours nettoyer et sécher ses chaussures avant de les placer en entreposage à long terme.
  • Il est conseillé de ne pas entreposer les chaussures à des températures extrêmes. Des cycles répétés de chauffage et de refroidissement peuvent réduire les qualités protectrices et la durée de vie utile des chaussures.

La durée de vie

Pour optimiser la longévité d’une chaussure, il faut tenir compte des facteurs suivants :

  • Il faut opter pour des matériaux (tige et semelle) adaptés aux activités de laboratoire.
  • Pour ceux qui travaillent souvent à genoux, utiliser un sur-embout est idéal, car il protège la chaussure des frottements sur le sol.
  • Se munir de deux paires de chaussures reste primordiale. Par conséquent, on peut faire sécher les chaussures pendant 24 heures et d’éviter ainsi des problèmes plantaires, tels que les mycoses.

Pour optimiser l’entretien des chaussures de laboratoire, il faut prendre en compte ces quelques lignes et les pratiquer autant que possible. Les risques dans les conditions de travail spécifiques sont nombreux et cela demande des équipements adéquats. Les chaussures de sécurité sont parmi ces équipements indispensables. Dans un laboratoire, il est fréquent de travailler dans des conditions froides, ou au contraire, très chaudes. Mais aussi, un contact avec, par exemple, des produits chimiques ou des aliments demande des chaussures spécifiques. Mis à part les risques liés au lieu de travail, il est important de tenir compte des facteurs ambiants, tels que la température et l’humidité.

Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn